octobre 23rd, 2020 par Jean Sebillotte

Il avait lentement, longuement, difficilement, écrit. Il avait repris dix fois, vingt fois même peut-être, les pages écrites. Il avait pesé les mots, modifié son plan, raccourci ou allongé ses chapitres. Plus il allait plus l’écriture le satisfaisait, moins il pensait son texte publiable. Une diffusion même pour ses proches, surtout pour ses proches d’ailleurs, lui semblait inutile. Serait-il compris ? Que leur apporterait-il ? Pourtant c’était  pour eux qu’il s’était lancé ? Pour ses proches ? S’il le croyait au départ, Il en doutait de plus en plus. En réalité il écrivait pour lui – n’écrit-on pas pour soi d’abord ? Pour soi, pas pour les autres.

Une fois l’aventure terminée, il n’éprouva plus l’envie de communiquer ce qui était pour lui le résultat de tant d’efforts. Que faire de cette œuvre ? La question ne le taraudait plus. L’écriture l’avait soulagé, guéri même. Il doutait de l’intérêt pour les autres de cette plongée intime.

Devait-il brûler l’œuvre ?

Il ne le savait pas.

Il l’imprima, la relia, la fourra dans un tiroir. Il en garda le texte dans un des dossiers du ventre de son ordi, là il enfouissait ses textes. Peut-on demander à un écrivain de détruire son œuvre ? A un peintre de brûler ses toiles ? Ecrit-on seulement pour soi ?

Des années durant, il se posa cette question : dois-je détruire ce texte tellement intime ? Le lecteur risquera de le juger inconvenant, exhibitionniste, impudique et prétentieux, pire, insignifiant !

Il mourut sans la réponse car il n’avait jamais fait lire ce document.

N’était-ce pas la preuve de sa pusillanimité qu’il s’était reprochée toute sa vie ? Un véritable écrivain a le courage, qu’il n’eut pas, de détruire son œuvre ou de la publier. Ne rien décider n’est-ce pas la preuve d’une peur irraisonnée mais bien présente encore ? N’était-ce pas la preuve qu’il n’avait pas complètement guéri de l’anxiété qui le poussa, jadis, à écrire ce récit ?

Ses descendants placeraient-il les lignes qui précèdent en tête du récit qu’ils publieraient ?

L’auteur le souhaitait sans se l’avouer.

Pirouette d’écrivain, assurément.

JS

Publié dans Ecriture, Nouvelles Etiquette: , ,

février 4th, 2018 par Jean Sebillotte

Nous apprenions la langue, la rime et la cadence,

Et le mètre des vers, et les chants et la danse.

Nous étions des enfants, inconscients, turbulents,

Qui pratiquaient les jeux qu’ils jugeaient excellents.

Boileau, nous n’apprenions pas assez ton message

Car c’était un devoir, il fallait être sage.

C’est en devenant vieux qu’on admet la raison.

Les ans ralentissant nous octroient des saisons

Qui donnent le loisir de polir notre langue,

D’écrire sereinement  dans un monde qui tangue.

A mon âge avancé, je reviens aux anciens,

Les savants, les instruits, les académiciens.

Voilà pourquoi, Boileau, je retrouve ta science.

Et,  à tes préceptes, vois,  je fais allégeance.

Cependant après toi tout serait-il ringard,

Et fixées pour toujours  les règles de notre art ?

Elles ont leur intérêt, qui n’est plus à prouver,

Mais il y a des ailleurs insolites à trouver.

Et je n’aime pas que tu t’en prennes à Ronsard.

Tu es bon poète, mais, là, bien trop vachard.

 

JS – 31 janvier 2018

Publié dans Ecriture, Poesie Etiquette: , , ,

juin 16th, 2016 par Jean Sebillotte

Couverture de Dautheuil sans blanc net

Amis  lecteurs, voici  paru « FALLAIT-IL TUER CHRISTOPHE DAUTHEUIL POUR CETTE HISTOIRE DE FAMILLE ?  Le titre est un peu long  peut-être, mais c’était là le meilleur après FRED, le titre très bref du roman précédent. À peine sorti, il fallait l’annoncer ici ! L’écrivain non blasé a toujours un petit coup au cœur quand il reçoit son livre imprimé. C’est l’aboutissement de tant de mois, et pour moi d’années, de travail. Reste maintenant à le diffuser et, pour vous, à le lire. C’est un polar mais aussi un roman sur une famille…

4e de couverture *

« Christophe Dautheuil, pharmacien parisien, est tué devant chez lui. Aimé Furetière, journaliste du site internet Les Nouvelles de Paris, couvre ce fait divers. Puis l’affaire s’enlise jusqu’au jour où est connue l’existence du Journal que tenait le mort sur l’histoire contemporaine de sa famille. Il y a donc deux enquêtes successives, celle très intérieure de Christophe puis celle d’Aimé, deux regards qui se suivent et se complètent. Celui du journaliste devient de plus en plus intime…
Ce roman s’attache à une famille actuelle de la bourgeoisie parisienne. Le meurtre – en est-ce un ? – est-il lié à cette histoire que veut écrire Christophe ? Ce dernier est-il mort d’avoir voulu l’écrire ? L’intrusion d’un personnage étonnant, Hector, les rebondissements de l’action permettront d’approfondir la connaissance de la tribu des Dautheuil bien au-delà du simple aspect policier de l’affaire.

Jean Sebillotte a vécu une vie d’agronome, d’économiste, d’enseignant mais aussi de peintre, exposant durant trente ans, et de poète. C’est là son troisième roman. »

                                                                               18 euros

                                                                     Se procurer ce livre :

– Chez l’éditeur Éditions Bord du Lot – ZA du Bel Air – 47380 Saint Étienne de Fougères Tél 05 53 49 45 23. commande sur le site http://www.bordulot.fr/detail-fallit-il-tuer-christophe-dautheil–224.html

– Sur le site du distributeur Gallix dans quelques jours//gallix-librairie.com/. Les frais d’envoi sont voisins de zéro.

– À Versailles Librairies Antoine 16 Rue du Général Leclerc – 01 39 50 76 66 et La Vagabonde  40 Rue d’Anjou, 78000 Versailles – 09 73 68 88 77

– À Porchefontaine à la librairie de la rue Coste et chez l’auteur 06 63 24 39 58 – Site  http://jean-sebillotte.fr/

 – Les autres libraires sont à persuader car les frais de la commande à Bordulot mangent leur marge… Néanmoins, en insistant, on doit pouvoir les convaincre. Préciser que c’est à « compte d’éditeur » et que la maison Bord du Lot (petite certes) a pignon sur rue !

Publié dans Ecriture, Roman Etiquette: , , , ,

novembre 18th, 2012 par Jean Sebillotte

          Ce poème a été réécrit de nombreuses fois. Inaccompli, je l’ai présenté à un concours. Ce fut une erreur, il n’était pas abouti. Il arrive que je reprenne dix à quinze fois un texte modeste.  J’envie la fulgurance de certains. Elle n’est pas mon lot !

Amour

Que là-bas grondent les guépards !

Que chantent aussi les merles,

Tout près de l’eau qui coule,

Brillant comme l’étain,

Tourbillon qui roucoule,

Qui s’en vient et repart,

Qui va dans le lointain

Pays des songes et des perles !

 

 

Que dans les bois brament les daims !

Qu’il s écoutent ma harpe,

Qu’ils boivent tout l’étang

Où baigne mon désir.

Et que sautent les carpes,

Sans craindre mon dédain.

Mon amour à saisir

Est la rive où je m’étends !

 

 

Et que dansent les libellules !

Toi, l’onde soyeuse,

Messagère adroite,

Dis-lui bien que j’avoue

Ma passion si joyeuse,

L’amour que je lui voue,

Qu’au vent frais je le hurle,

Au dessus de l’eau qui miroite !

 

2011-2012

Publié dans Ecriture, Poesie Etiquette: , , ,