Catégorie: Ecriture

août 22nd, 2019 par Jean Sebillotte

La poésie…

… reste pour moi un mystère et une pratique. Dans les temps actuels, ceux que je vis, elle semble évanouie et pourtant…

Comme le souligne wikipédia – une encyclopédie qui en vaut bien une autre, collective, gratuite, démocratique – la poésie, depuis plus de cinquante ans, n’est que très peu présente dans les journaux et la presse nationale. La diffusion en librairie est de plus en plus restreinte. Elle n’est pas présente non plus à la télévision et on ne choisit plus guère de poètes pour représenter la littérature en France.

La poésie perd de son audience, car elle a peu d’importance sur le plan économique, puisque ne se publie que ce qui peut se vendre, d’où la responsabilité de certaines grandes maisons d’éditions.

… Pourtant… elle est effectivement pratiquée par de très nombreux auteurs – comme en témoignent les publications abondantes et diversifiées depetites maisons d’édition – et lue par beaucoup de lecteurs passionnés. Les revues papier et en ligne jouent à cet égard un rôle décisif… Les blogs ou les très nombreuses lectures ou festivals, comme le Printemps des poètes, le Marché de la poésie ou encore la Journée mondiale de la poésie, témoignent également d’une pratique vivante de la poésie.

Ceci, je le pratique. Membre de plusieurs associations de poètes, je fais dans ce blog souvent référence à la poésie, la mienne, celle des autres. J’ai souligné l’importance des anthologies.

Je m’exerce à la lecture avec mon groupe de… lecture.  J’ai eu le plaisir (et la récompense) d’une séance intime ( à cinq) passée en partie à lire des poèmes extraits de mes deux premiers recueils.

*

Voici  mon dernier texte :

 

Là-bas

Ailleurs

L’odeur des citronniers

Du papier d’Arménie

Du savon d’Alep

Ô Syrie

Là-bas

Ailleurs

L’odeur des lavandes

Que porte le vent

Les odeurs de l’ombre

Des volets sombres et clos

Là-bas

Ailleurs

Odeurs servantes de l’oubli

Ô la sauvagerie

Des massacres

Et des morts absurdes

Là-bas

Ailleurs

 

Publié dans Poesie Etiquette:

juillet 21st, 2019 par Jean Sebillotte

Il existe tout un débat à propose de la psychogénéalogie. Certains y croient dur comme fer. D’autres n’y croient pas. Il y a là comme un remake des débats sur la médecine homéopathique, sur l’acupuncture, sur le caractère scientifique de la psychanalyse, etc.

Il n’est pas question ici de trancher.

Et le poète que je tente d’être avait  « pondu » un poème publié en février 2019. La forme en était discutable. Je l’ai repris. Le voici :

 

  Psychogénéalogie ?

Longtemps tu as masqué tes émotions

Redoutant d’autrui les condamnations.

Pourtant elle était là cette souffrance

Dont toi seul subissais la fulgurance.

 

Tu ignorais l’importance des morts,

Cachant en toi un étrange remords

Qui dissimulait, dans ta grotte obscure,

La plaie vive d’un passé qui suppure.

 

Car les histoires dont tu as héritées

Etaient là, dans tes cavernes abritées,

Te minant, sans que le sache ton âme,

Hantée, dévorée par quelque ancien drame.

 

Tu cachais donc sous un air trop lisse

Les secrets que recelait ton abysse,

Leurs putrides et noires exhalaisons,

Sans pouvoir en comprendre les raisons.

 

A nier sans le vouloir ce legs transmis,

Ces actes par un ascendant commis,

Tu vivais victime combien passive

Une douleur injuste et excessive.

 

Pour n’être pas de toi-même le juge,

Il fallait savoir par quel subterfuge,

Par quel mécanisme et aussi pourquoi,

L’inconscient se jouait encor de toi.

 

Il te fallait trouver ton noir fantôme,

La sûre origine de ton symptôme,

T’en libérer avec l’aide d’un tiers,

Qui soit pour toi le sage et bon expert.

 

Dans ce domaine règne l’incertitude.

On te promettra la béatitude.

Tu trouveras de multiples faussaires,

Des escrocs, de foutus intermédiaires…

 

Et si tu te tournais vers le poème

Pour, peut-être, résoudre ton problème ?

Les poètes sont, dit-on, un peu chamans

Et parfois aussi un peu monomanes

 

Cette ordonnance peut paraître étrange

Mais t’aidera à trouver quel sera l’ange

Capable de lutter contre le démon

Qui est en toi comme un mauvais phlegmon !

                                              .JS

    

          

Publié dans Ecriture, Poesie Etiquette:

avril 20th, 2019 par Jean Sebillotte

J’ai par devers moi un troisième volume de poèmes. Je vais chercher un éditeur… je ne l’ai pas encore fait, trop pris par l’exposition… Chez mes amis Mauvais j’ai lu  trois poèmes. Impossible de retrouver le troisième… Qu’importe : voici les deux premiers et un autre que j’aime :

Photos d’une modèle

La fille que je vois dans cet hebdo glacé

Est une vraie victime

Du système et du fric étroitement enlacés

La mode n’a rien d’intime

 

On doit donc l’exposer, et même l’exhiber

Cette esclave modèle

Et pour cette raison il ne faut prohiber

Aucune photo d’elle

 

Il faut bien habiller mais aussi dévoiler

Cette chair exposée

Cette chair très maigre que l’on fait défiler

Cette chair proposée

 

La fille apparemment s’y prête volontiers

Attitude blasée

Sourire compassé comportement altier

Elle paraît déphasée

 

La fille boudeuse squelette déguisé

À la taille ficelle

Aux seins menus si peu marqués et suggérés

Evoque la pucelle

 

Pourquoi ce fil de fer aimé des couturiers

La pose convenue

Qui singe le noble et non le roturier

Et ceci presque nue

 

Pourquoi y ajouter ce visage chagrin

Ce visage misandre

Cet air-là est-il pris pour marquer le dédain

J’avoue ne pas comprendre

 

Cela me fâche fort Je ferme le magazine

Ces clichés fabriqués

Insultent les beaux-arts me renvoient à l’usine

Des gens bien trop friqués

 

Quintette à vent

Du hautbois la stridence

Pour mon cœur qui souffre

Du basson la voix basse

Pour mon cœur qui vibre

Du cor le cuivre grave

Pour mon cœur si triste

De la flute le souffle

Pour mon cœur ému

Et la clarinette

Pour mon cœur perdu

 

J’y ajoute :

                             Méditerranée

 

L’agave qui meurt

Lance au ciel sa fleur

 

Seul demeure

Le pied séché

Qu’effleure

Le soleil achéen

Etirant l’ombre ébréchée

Sur un sol amer

 

Avec au loin

La mer

 

Jean Sebillotte

 

Publié dans Ecriture, Poesie Etiquette: , ,

février 2nd, 2019 par Jean Sebillotte

J’ai longtemps buté sur la lecture de Rilke et notamment de ses élégies. Etait-ce la faute de la traduction ? Je trouvais les élégies impossible à lire. Une amie, elle, ne butait pas comme moi sur le texte.

Aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas tenir compte des « caprices » (?) de l’auteur et des ruptures du texte. La disposition des vers répond peut-être à un impératif de la poésie allemande. je me mis à lire un poème en prose et cela prit sens.

Ainsi dans la troisième élégie, l’avant-dernière strophe est présentée ainsi :

Vois, nous n’aimons  pas comme les fleurs, poussés

par l’unique saison d’une année ; il monte dans nos bras,

      quand nous aimons,

une sève immémoriale. Ô, jeune fille, tout 

ceci : je veux dire qu’en nous nous aimions, non point une être

       unique, et à venir,

Mais la fermentescence innombrable ; non pas un seul 

       enfant,

mais les pères qui sont au fond de nous, couchés

comme les débris de montagne ; mais le lit de fleuve asséché

de mères de jadis ; mais tout

le paysage de silence sur qui est suspendue une fatalité

de nuages ou d’azur – : voici donc, jeune fille, ce qui t’a

        devancée.

Pour la lire, il faut, me semble-t-il, au moins dans un premier temps, ne pas tenir compte de la mise en scène spatiale du poème qui devient alors :

Vois, nous n’aimons pas comme les fleurs poussés par l’unique saison d’une année ;

il monte dans nos bras, quand nous aimons, une sève immémoriale.

Ô, jeune fille, tout  ceci : je veux dire qu’en nous nous aimions, 

non point un être unique, et à venir, Mais la fermentescence innombrable ;

non pas un seul enfant, 

mais les pères qui sont au fond de nous, couchés comme les débris de montagne ; 

mais le lit de fleuve asséché de mères de jadis ;

mais tout le paysage de silence sur qui est suspendue une fatalité de nuages ou d’azur – :

voici donc, jeune fille, ce qui t’a devancée.

J’avoue humblement ne pas toujours bien comprendre ce souci spatial de nombreux poètes contemporains. Parfois cela s’impose, parfois cela ne semble rien ajouter. C’est ici, d’autant plus vrai que le poème en allemand ne semble pas l’exiger.

A toi, lecteur de me dire ce que tu en penses, si tu as lu les Élégies.

 

Publié dans Lecture, Poesie, Uncategorized Etiquette: ,

octobre 18th, 2018 par Jean Sebillotte

Je publie ici un poème écrit sur la base d’un échange (difficile) à propos d’un passé évoqué.  la solitude est notre lot, chacun le sait. Plus encore, nous héritons parfois d’événements du passé familial. Certains estiment que cela influe sur notre vie tout en restant invisible, imperceptible au sens fort.

Comment se transmettent ces choses ? Nul ne peut le dire, semble-t-il.

 

L’inconscient ses grottes et ses gouffres

Cette émotion émergeant si violente

Imméritée autant que fulgurante

Tu l’as masquée par la peur des regards

Par la crainte de quelque père fouettard

 

Avais-tu compris des morts l’héritage

Et ces gouffres obscurs dont le message

Peut jaillir en toi comme les bouffées

D’un passé ignorant les douces fées

 

Ces histoires inconsciemment héritées

Ces grottes noirâtres par toi abritées

Peuvent t’habiter et sans mélodrame

Te faire héritier d’un bien sombre drame

 

On t’enseigna à vivre en société

Bridant ce qui paraissait impiété

Il fallait qu’elle apparût simplissime

Cette vie ignorant son propre abîme

 

Soudain habité de démons obscurs

De sentiments jaloux acerbes impurs

Tu étais réduit sous un masque lisse

A vivre en refusant ton propre abysse

 

Ne sachant pas le legs à toi transmis

D’un méfait par quelque ascendant commis

Tu auras donc vécu dans l’ignorance

T’interrogeant sur ta grande souffrance

 

Plutôt qu’être de soi-même le juge

Il faut comprendre par quel subterfuge

Par quel mécanisme et par quels dessous

L’inconscient encore se joue de nous

Jean Sebillotte

mai 2018

Publié dans Ecriture, Poesie Etiquette: , ,